Choftim : A la frontière entre le meurtre et l’insensibilité

La parasha de cette semaine est en partie consacrée aux lois qui ont trait aux « villes refuges » : véritable « havre de paix » destinés aux personnes ayant tué quelqu’un par inadvertance. Curieusement, nous avons déjà rencontré ailleurs dans la Torah un passage qui semble clairement faire écho à celui-ci… Qu’est-ce que la Torah chercherait à nous indiquer par ce clin d’œil ? En replaçant ces deux passages dans un même contexte,  Rav Fohrman nous aidera à mieux comprendre les dessous de l’accident du meurtre involontaire et à en tirer des leçons pour que nous puissions devenir des personnes plus alertes et plus sensibles à la vie de notre prochain.